UMC - Grandes Marques et Maisons de Champagne

Accueil > Annexes > Patrimoine mondial UNESCO > Coteaux, Maisons et Caves de Champagne > Quelle inscription ?

Quelle inscription ?

Une inscription dans la catégorie des "Paysages culturels"

Une catégorie créée en 1992 pour désigner un ouvrage combiné de l’Homme et de la Nature. Elle dépasse la simple échelle du monument ou du site et permet de montrer comment une activité humaine est la source de nouveaux paysages et d’une culture particulière.

L’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO :

« Les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne » sont présentés comme le paysage culturel qui a donné naissance au vin de Champagne. Et plus largement l’ensemble du travail de production, d’élaboration et de diffusion du vin de Champagne transmis et préservé dans les 320 communes de l’aire AOC Champagne, réparties sur les 5 départements français de la Marne, de l’Aube, de l’Aisne, de la Haute-Marne et de la Seine-et-Marne.

Les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne portent le témoignage vivant d’un système parfaitement intégré et évolutif, qui a permis le passage d’un produit artisanal à une production parfaitement maîtrisée, tournée vers l’excellence. Un système de production, d’élaboration et de commercialisation du vin de Champagne qui a profondément marqué un territoire, son développement, ses paysages ruraux et urbains et façonné l’organisation professionnelle et sociale ; ainsi que l’économie locale, sur près de deux siècles. Un ensemble patrimonial viticole unique, toujours en exploitation aujourd’hui.

La valeur universelle exceptionnelle des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne

L’ensemble « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne » n’est pas un paysage viticole classique et ne ressemble à aucun autre. Ce qui le rend différent : il témoigne par l’organisation de ses sites, de la montée en puissance, dès la fin du XVIIIe siècle d’un mode de production original qui a imprimé le paysage et donné naissance à un vin mondialement reconnu, symbole de fête et de célébration. C’est la base même de sa Valeur Universelle Exceptionnelle. Des paysages uniques qui ont été et sont encore aujourd’hui le point de confluence, entre le rural et l’urbain, entre les pratiques culturales traditionnelles et les innovations technologiques.

La réussite internationale du Champagne, en liant intrinsèquement production et commercialisation, est autant le fait de vignerons - petits ou gros propriétaires récoltants et plus tard coopératives – qui ont su tirer parti de conditions aux limites de la survie de la vigne (terres froides et crayeuses), que de négociants visionnaires
qui ont su amener ce produit à un niveau d’excellence et le diffuser auprès des élites à l’échelle internationale. Ces derniers présentent, pour certains d’entre eux, l’originalité d’être des émigrants, généralement venus d’Allemagne (anciens drapiers), ou des veuves, rares femmes capitaines d’industrie à cette époque, à l’image de Madame Ponsardin, dite Veuve Clicquot ou de Madame Pommery. L’histoire du Champagne est une histoire humaine avant tout.

Son mode de production particulier, comprenant notamment une deuxième fermentation en bouteille, a induit toute une organisation de l’activité et de l’espace, avec un développement exceptionnel de caves (environ 370 crayères et 25 km sous la colline Saint-Nicaise à Reims, 110 km de caves sous l’avenue de Champagne à Epernay, 10 km sous les coteaux historiques).

Un paysage souterrain exceptionnel qui constitue un des exemples mondiaux les plus représentatifs du patrimoine industriel viti-vinicole, encore en exploitation aujourd’hui.

L’urbanisme et l’architecture des Maisons de Champagne sont l’expression la plus achevée de l’alliance de la production et du négoce, en regroupant autour des voies de communication (routes, canaux, voies ferrées) outils de production et de représentation. Cette recherche de la qualité urbaine, architecturale et du cadre de
vie se caractérise aussi par l’attention portée à la présence d’espaces verts, de parcs et de jardins. Elle se retrouve aussi, de manière exemplaire, dans le patrimoine ouvrier relevant du mécénat patronal, comme en témoignent la cité-jardin du
Chemin-Vert à Reims et son église Saint-Nicaise décorée par d’illustres artistes de l’époque tel le maître verrier René Lalique.

Le Champagne est un symbole universel. Depuis le XVIIIe siècle où il pétille pour les cours européennes jusqu’à nos jours où il s’est démocratisé, le Champagne, issu d’un terroir pauvre maintes fois ravagé par les guerres, est, comme nul autre produit, associé à l’art de vivre, à la Coteaux fête, à la célébration et à l’image de la France.