UMC - Grandes Marques et Maisons de Champagne

Accueil > Encyclopédies > Expositions Universelles > 1889 - Exposition universelle de Paris

1889 - Exposition universelle de Paris

L’Exposition qui se tient au Champs de Mars, sur l’esplanade des Invalides et sur la colline de Chaillot du 5 mai au 31 octobre 1889, commémore le centenaire de la révolution française. Pour l’occasion, Champagne Mercier réalise la prouesse de faire venir un immense foudre depuis Epernay.

A l’occasion de l’ouverture de l’Exposition universelle de Paris (32 millions de visiteurs), la Tour Eiffel est inauguré.

L’esprit d’initiative du négoce champenois se manifeste à l’occasion des expositions régionales ou nationales, et surtout internationales, fort à l’honneur au XIXème siècle.

A l’Exposition Universelle, le Syndicat de Grandes Marques expose dans un Pavillon du Champagne, au nom de ses 47 membres, qui lui ont consenti les crédits nécessaires.

Il y a fait dresser, entre autres, un immense tableau, qui montre l’importance relative de la production viticole, des stocks et des expéditions, avec comparaison graphique, sous forme de bouteilles géantes, avec… l’Arc-de-Triomphe et Notre-Dame de Paris.

Le directeur du Vigneron Champenois, Raphaël Bonnedame, édite à cette occasion la Culture de la vigne en Champagne, que l’on distribue gratuitement au Pavillon du Champagne, et une Notice historique sur le vin de Champagne.

Au Palais de l’Industrie, le traiteur Potel et Chabot sert des vins mousseux de Champagne frappés aux 18.000 maires de France qui y sont rassemblés dans des agapes « soi-disant » républicaines.

Le Pavillon des Grandes Marques et Maisons de champagne était situé sur le Champs de Mars avec tous ceux illustrant l’Art et l’Industrie.

Parmi les symboles les plus éclatants de cette Exposition universelle, on se souvient de :

-  la Tour Eiffel et le Palais du Trocadéro (remplacé en 1937 par l’actuel Palais de Chaillot) ;

JPEG - 92.5 ko
Tour Eiffel - 1889
JPEG - 62.5 ko
Palais du Trocadéro - 1889


-  du pavillon des Grandes Marques de champagne (1er grand prix) ;

-  du foudre de la Maison Mercier venu d’Epernay en Champagne tiré par 24 bœufs.

JPEG - 114.1 ko
Foudre Mercier - 1889

L’Exposition universelle de 1889 marquera l’émergence de l’Ecole de Nancy et l’arrivée de l’Art nouveau en France. Bilan : 32 millions de visiteurs, 61 700 exposants, sur une superficie de 50 hectares.

Pavillon du Champagne : Carte des terroirs, Cépages, Cycle annuel des travaux des vignes & des caves justifient l’attribution du Grand Prix, plus haute des récompenses allouées aux exposants.

Extrait des propos du Député Prévet relatifs au Pavillon du champagne (Archives statutaires des Grandes Marques & Maisons de Champagne du 21 mai 1890.)

Au point de vue de l’esthétique, c’était une merveille de bon goût, d’autant plus remarquable que les éléments principaux qu’il fallait nécessairement y faire figurer semblaient moins devoir se prêter à un agencement artistique.

Au point de vue pratique, l’exposition collective du commerce des Vins de Champagne offrait aux yeux des visiteurs une démonstration complète de tout ce qui se rattache à cette industrie, tant dans son ensemble que dans ses détails.

Une superbe carte viticole du département de la Marne, dressée par M. Cornu, d’Épernay, à l’échelle de 1/10000e nous montrait tout d’abord dans toute son étendue l’important vignoble de la Champagne, occupant une superficie de 14 000 hectares répartis en trois parties principales : la montagne de Reims, où sont situés les grands crus de Bouzy, d’Ambonnay, de Verzenay, de Verzy, deSillery, de Mailly et de Rilly, pour ne citer que les principaux ; la côte des Blancs, ou Montagne Blanche, ainsi nommée parce qu’elle produit un raisin blanc particulièrement fin et délicat, et dont les crus les plus importants sont : Cramant, Avize, le Mesnil, Oger, Grauves, Cuis, etc. ; et enfin la vallée de la Marne, où l’on remarque principalement les noms des crus célèbres d’Aÿ, Mareuil, Champillon, Hautvillers, Dizy, Pierry, [Cumières-commune75], etc.

Après nous avoir fourni ces premières notions générales, l’exposition du Syndicat fait passer sous nos yeux les diverses phases du traitement et du mode de culture auxquels les vignes de la Champagne sont soumises, traitement et mode de culture qui, combinés avec les espèces spéciales de cépages employés par les viticulteurs champenois, et surtout encore avec la nature du sol qui les nourrit, donnent aux vins mousseux de la Champagne leur cachet particulier de finesse et d’élégance, qui ne saurait se rencontrer dans les vins mousseux produits par d’autres contrées.

Ces travaux, qui commencent en octobre pour se continuer pendant tout le cours de l’année sans interruption, nous conduisent jusque fin septembre ; une série de réductions-miniatures nous ont fait assister à ces divers travaux.

Une nouvelle série non moins intéressante nous fait assister vers la fin de septembre à l’importante opération des vendanges, celle qui a pour but de recueillir le raisin, de l’amener des vignes au vendangeoir, où, chargé sur des pressoirs de divers systèmes, il est soumis à plusieurs pressions successives, etc. »

…/…Les extraits qui précèdent suffisent pour montrer dans quels termes flatteurs l’Exposition collective du commerce des Vins de Champagne a été appréciée ; et c’est avec une satisfaction bien légitime que nous terminerons ce qui est relatif à cette partie considérable de nos travaux, en vous rappelant qu’elle a valu à la collectivité qui s’est constitué pour la soutenir et l’exécuter, le Grand Prix, c’est-à-dire la plus haute des récompenses allouées aux exposants.

Portfolio

  • Foudre Mercier - 1889
  • Illustration Tour Eiffel Exposition universelle 1889