UMC - Grandes Marques et Maisons de Champagne

Accueil > Maisons > Patrimoine > Reims et ses alentours > Statue du baptème de Clovis

Statue du baptème de Clovis

1996 marque le 15ème centenaire du baptême de Clovis par Saint-Remi, archevêque de Reims. Cet événement (496) est en effet l’acte fondateur de la France à l’origine de l’influence chrétienne en Europe.

Pour célébrer cet événement, Jean-Claude Rouzaud, Président de Louis Roederer, fait ériger une magnifique statue dont il confie la réalisation à l’artiste d’inspiration chrétienne, Daphné du Barry.

Située à proximité du portail sud de la Basilique Saint-Remi, elle évoque aux touristes l’événement historique survenu dans la cité rémoise. Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II remercia personnellement le Président de Louis Roederer de sa générosité et félicita l’artiste lors de sa visite à Reims le 21 septembre 1996.

Petite histoire d’un parcours semé d’embûches

C’est pour commémorer le 14ème centenaire du baptême de Clovis que la basilique Sainte-Clotilde est édifiée en 1898 à Reims au cœur du quartier Sainte-Anne. De style néo-byzantin, en forme de croix grecque et surmontée d’une coupole, la basilique rend hommage à l’épouse de Clovis qui fut à l’origine de la conversion du Roi des Francs. Elle abrite plus de cent-vingt reliquaires et plus de deux mille reliques des Saints ayant marqué l’Histoire de France.

En 1996, rien n’avait été prévu pour pérenniser le 15ème centenaire. Déçues de cette carence, de Grandes Marques de Champagne proposent d’ériger une statue commémorative. L’aboutissement de ce mécénat d’intérêt général sera semé d’embûches !

Un projet de statue ayant été sélectionné par la commission mise en place par la Municipalité, sa maquette est portée pour avis au siège des élites intellectuelles en charge de la Culture de la France.

Elles en récusent formellement la forme classique et préconisent la facture d’un Artiste spécialiste d’œuvres abstraites.

Invités à trancher, les Elus de Reims ratifient le choix de la commission et leur large préférence (sauf deux exceptions) pour le projet d’œuvre figurative de Daphnée du Barry dont la Maison Roederer accepte d’assumer seule la réalisation.

Les autres Maisons ayant souhaité participer à ce mécénat se déclarent en effet découragées par la vigueur des divergences d’appréciation sur cette généreuse initiative.

Le 21 septembre 1996, lors de la visite de sa Sainteté le Pape Jean-Paul II (venu célébrer le 15ème centenaire), la statue est présentée à l’entrée de la basilique Saint-Remi.

Les autorités (civiles et ecclésiales) souhaitent éviter une bénédiction officielle susceptible d’alimenter les diatribes sur le sujet suivant : le baptême chrétien de Clovis doit-il être reconnu comme évènement fondateur de l’Europe ?

Mais c’est ignorer l’inspiration chrétienne de l’Artiste qui adopte alors une pieuse attitude pour solliciter directement le Saint Père et obtenir sa généreuse bénédiction conjointement pour sa personne et son œuvre.

La statue de Saint-Remi baptisant Clovis devait être érigée derrière la cathédrale, aux abords immédiats des vestiges du baptistère officiellement localisé près du portail nord.

En cours de travaux, certains esprits chagrins contestent alors ce site sur le subtil prétexte d’incompatibilité intellectuelle entre Clovis et le nom de la place prévue pour recevoir la statue.

Toujours soucieux d’éviter un litige, le Maire de Reims Jean Falala, suggère alors de trouver un autre site.

La proposition de Mgr Massin des abords de la basilique Saint-Remi, est agréée par le mécène et le responsable local des monuments historiques Mr Goguel qui comprenait l’intérêt de pérenniser l’évènement par cette belle statue figurative.

Plus d’une décennie après, tous les Curés successifs de la basilique Saint Remi confirment le vif attrait des touristes pour cette œuvre d’Art justement évocatrice.

Fidèles à leur tradition historique de Mécènes de la cathédrale de Champagne, Vignerons et Maisons de Champagne ont collectivement proposé, (sur suggestion de Claude Taittinger), la réalisation d’une crypte à l’image de celle réalisée sous le parvis de la cathédrale Notre Dame de Paris.

Des maquettes historiques animées auraient permis aux multiples touristes, d’imaginer l’environnement historique du baptême de Clovis, valorisant ainsi les vestiges du baptistère.

Les exigences émises par les élites intellectuelles en charge de la Culture en France, ont découragé les généreux Mécènes, et ainsi privé Reims et ses touristes de cet ambitieux lieu de mémoire.

Réalisation de la statue et projet de crypte
montrent combien les qualités d’un Mécène
ne se limitent pas (en France) à la générosité !

Yves Lombard 12/2006

Portfolio

  • Jean-Claude Rouzaud, Président de Louis Roederer, et le Pape Saint Jean-Paul (...)