René Chayoux

France (1892 - 1969)

Président de l’Union des Maisons de Champagne de 1942 à 1956
Co-Président du CIVC de 1943 à 1946

Après des études supérieures de commerce, René Chayoux succède à son père, négociant en vins à Epernay. Rapidement, il diversifie son commerce : il procède ainsi au rachat de marques de Champagne méconnues mais aussi du domaine Château Phelan Segur dans le Haut-Médoc, dont il restera propriétaire de 1925 à 1935.
En 1930, il se porte acquéreur de la Maison Ayala-Montebello, alors en faillite. A cette époque, la Champagne est en pleine crise mais René Chayoux, en excellent homme d’affaires, sait apprécier le potentiel de la Maison et prend le pari de la redresser. Ce rachat sera le point de départ de l’essor d’un patrimoine prestigieux : des vignes, des stocks, une grande Marque mais aussi le château de Mareuil-sur-Ay, ses dépendances et la noblesse qui lui est attachée : la demeure fut, en effet, celle du Maréchal Lannes, duc de Montebello, qui s’illustra lors des campagnes napoléoniennes. 
Fin et intelligent, ses pairs apprécient ses compétences et le nomment en 1943, pendant la seconde guerre mondiale, co-président du CIVC, une position qu’il conservera jusqu’en 1946. De 1942 à 1956, René Chayoux assume également la Présidence du groupement syndical qui deviendra plus tard l’Union des Maisons de Champagne en conservant, grâce à sa sagesse, le consensus de ses collègues. Excellent orateur, René Chayoux transmet l’image d’un homme plein d’esprit, parfois caustique.
En 1961, il rachète le Château La Lagune dans le Bordelais (cru classé Haut-Medoc), dont il rénove les bâtiments et le matériel et agrandit le vignoble, qui compte aujourd’hui 75 hectares.
Sans héritier, il sollicite Jean-Michel Ducellier, son collaborateur depuis 1948, pour lui succéder à la tête de ses affaires. Ce choix judicieux est pleinement partagé par tous ses collègues des Grandes Marques et des Maisons de Champagne. Le nouveau président d’Ayala-Montebello sera, en effet, coopté par ses collègues en 1974 pour assurer les destinées de l’Union des Grandes Marques et Maisons de Champagne.