UMC - Grandes Marques et Maisons de Champagne

Champagne, la star du 7e art

Cultissimes bulles

Il y a des films qui marquent une génération de spectateurs et d’autres qui séduisent toutes les générations. Ce sont les films cultes. Certains ont généré des sagas : Indiana Jones, Jurassik Park, Star Wars ou encore Harry Potter… Et quand le champagne s’y invite, les scènes n’en sont que plus mémorables !

Ce petit tour d’horizon débute par le film français : Drôle de Drame (1937) de Marcel Carné. Qui n’a jamais entendu cette mythique réplique : « Moi j’ai dit ‘Bizarre’… Comme c’est bizarre… » prononcée par Louis Jouvet lors d’un inoubliable dîner avec Michel Simon ?… et au menu du canard à l’orange. Selon Jacques Prévert, scénariste du film, les deux acteurs vinrent à bout de trois canards pour tourner la scène ! Heureusement, du Champagne Pommery accompagnait le repas.

JPEG - 513.6 ko
Louis Jouvet et Michel Simon dans Drôle de Drame (1937) réalisé par Marcel Carné
© Photo12 / 7e Art / Productions Corniglion-Molinier

En 1963, dans La Panthère rose de Blake Edwards, David Niven propose à Claudia Cardinale (une princesse dont il cherche à conquérir le cœur… et à voler le diamant), une coupe de champagne avec ces mots : « Prenez un peu de champagne, ça rapproche très bien les extrêmes. Et pour lancer une amitié, c’est comme pour un navire, une nécessité ! ».

Plus récemment, Indiana Jones et le Temple maudit (1984) de Steven Spielberg débute par une scène dans laquelle le Professeur Jones (Harrison Ford) déguste une flûte de Moët & Chandon Dry Imperial 1915.
Neuf ans plus tard, en 1993, dans les premières minutes de Jurassic Park, l’acteur Richard Attenborough ouvre une bouteille de la même Maison. Chez Spielberg, le champagne baptise les films.

JPEG - 322.3 ko
Harrisson Ford dans Indiana Jones et le Temple maudit (1984) réalisé par Steven Spielberg
© LANDMARK MEDIA / Alamy Stock Photo

Quentin Tarantino est un autre de ces cinéastes de génie. Lui aussi met en scène le champagne : dans Inglourious Basterds (2008) par exemple, la cuvée Belle Epoque de Perrier-Jouët est mise à l’honneur. Bien que les motifs floraux Art nouveau (dessinés par Emile Gallé en 1902) ornant les bouteilles de cette cuvée ne laissent pas présager un quelconque anachronisme, cette cuvée n’existe pourtant pas encore à l’époque de la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle se déroule le film.

On parle de la magie du champagne et on parle aussi du champagne dans le monde magique d’Harry Potter. A l’occasion du mariage de Bill et Fleur dans Harry Potter et les Reliques de la Mort (2010) de David Yates, il est dit : « Jamais encore il n’avait assisté́ à un mariage. Il ne pouvait donc pas savoir en quoi les célébrations des sorciers différaient de celles des Moldus mais il était quasiment sûr que, chez ces derniers, on ne voyait pas de pièces montées ornées de deux petits phénix qui s’envolaient lorsqu’on coupait le gâteau ni de bouteilles de champagne passant toutes seules parmi la foule des invités » (J. K. Rowling).

JPEG - 349.9 ko
Hagrid (Robbie Coltrane) et Olympe Maxime (Frances de la Tour) dans une scène
de Harry Potter et les Reliques de la Mort, partie 1 (2010) réalisé par David Yates
Captures d’écran

Enfin, les amateurs de science-fiction qui raffolent des space operas apprécient dans Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi (2018) de Rian Johnson le rendez-vous à Canto Bight, une ville casino aux confins de la galaxie où les aliens partagent flûtes et coupes.

JPEG - 209.7 ko
Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi (2018) réalisé par Rian Johnson
Captures d’écran

Pour une lecture augmentée, flasher ou cliquer sur ce QR code :

PNG - 594.2 ko