UMC - Grandes Marques et Maisons de Champagne

Accueil > Encyclopédies > Chronologie des évènements

Chronologie des évènements

Œuvre d’Eric Glâtre de 2001
(actualisation UMC)

Trier :

| 1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 |


1668 - 1715

Dom Pierre Pérignon devient - pour près d’un demi-siècle - « procureur » de l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers.

Cela a un sens juridique clair : il a reçu procuration des membres de la communauté monastique pour mener leurs affaires, il est en somme le « mandataire social », le « patron » temporel de cette communauté.

Au nombre de ses attributions figurent la direction des vignobles et la production des vins. Il s’en acquittera au mieux. Ayant reçu en compte 10 ha de vignes assez mal tenues, il remet à son successeur un domaine de 24 ha, grandement amélioré sous le rapport de la qualité des terres et de leur état. Et pour donner à ses vins régularité et excellence, il reprend à son compte, en l’enrichissant d’une technique nouvelle, la notion de l’assemblage.

Dans sa monumentale Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXème siècle, Roger Dion y voit la cause de l’unification sous le vocable « vins de Champagne » des crus de la Vallée de la Marne et de la Montagne de Reims.

L’innovation de Dom Pierre Pérignon consiste, avant de les pressurer, à assortir systématiquement les raisins de diverses origines, et pas seulement d’une seule vigne, soit qu’ils aient été vendangés dans les différentes parties du domaine de l’abbaye, soit qu’ils proviennent des livraisons reçues par celle-ci au titre de la dîme qui lui est dûe par plusieurs villages des environs et qui est acquittée en vins, en raisins ou en espèces. Dom Pierre Pérignon a ainsi à sa disposition un choix de raisins qu’il fait mélanger avec discernement sur les pressoirs que l’abbaye possède à Hautvillers, Champillon et Dizy, afin d’en harmoniser les qualités et d’en faire oublier les défauts.

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières
Dom Pierre Pérignon

1668

Sir George Etheredge, grand nom de la Restauration anglaise, diplomate, créateur de la comédie de moeurs, fait dire à son héros dans sa pièce de théâtre She wou’d if she cou’d : « [...] si tu veux gagner mon coeur, bois ta bouteille de champagne, elle te tiendra lieu de produit de beauté et de potion d’amour ».

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1667 - 1668

Guerre de Flandre (ou de Dévolution), entreprise par Louis XIV pour faire valoir, lors de la mort de Philippe IV d’Espagne, les titres que lui donne son mariage avec l’infante Marie-Thérèse, en vertu du droit de dévolution, à la possession du Brabant, de la Flandre et de la Franche-Comté.

Les principaux faits de cette guerre sont l’occupation de la Franche-Comté et le siège de Dôle par les troupes françaises.

Elle se termine par le Traité d’Aix-la-Chapelle qui donne la Flandre à la France.

Histoire de France
Siècle des Lumières

1667

Colbert fonde la manufacture royale d’armes de Charleville.

Histoire de la Champagne
Siècle des Lumières

1665

Nicolas Boileau met en scène dans son Repas ridicule, sous le nom d’Ordre des Côteaux, un cercle de raffinés qui affecte de ne boire que « des vins de trois coteaux, Rheims, Ay, Abner (Avenay), ne mangeoient que des perdrix d’Auvergne, et du veau, des lapins, du fruit de tel ou tel endroit, etc. ».

Parmi ces « fins débauchez », les marquis de Sillery, de Bois-Dauphin et de Saint-Evremond, le comte d’Olonne...

Datée du 4 juillet, une Ordonnance du lieutenant général du bailli de Vermandois, à Reims, enjoint aux vignerons de détruire les feuilles de vigne infectées de l’insecte appelé « besche ».

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1663

Ouverture d’un Collègue des Jésuites à Sedan.

Histoire de la Champagne
Siècle des Lumières

1663

Samuel Butler évoque la pétulance du vin de Champagne dans Hudibras, un long poème héroïco-satirique dirigé contre les puritains.

Au terme d’une déclaration d’amour, Hudibras, chevalier errant, émule de Don Quichotte, proclame qu’il va boire à la santé de sa maîtresse autant de fois qu’il y a de lettres à épeler dans son nom et que « la vinasse » en deviendra « brisk champagne ». « Brisk », à l’époque signifie « vif, gai ».

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1662

Un certain docteur Christopher Morret (ou Merret) fait part à la Royal Society de Londres de ses observations sur l’effervescence, d’où il ressort que l’addition de divers ingrédients et épices, tels que la canelle ou le clou de girofle et surtout du sucre et des mélasses, à toutes sortes de vins (dont ceux arrivés de Champagne en fûts) est alors chose courante dans tout le pays, « afin de les rendre vifs et pétillants à boire, et d’augmenter leur teneur en alcool, et aussi d’en améliorer le goût ». Moyennant quoi les vins de Champagne fermentent à nouveau et deviennent mousseux.

Henry Holden et John Colenet, deux gentilhommes verriers anglais, déposent un brevet, afin de garantir leur mode de fabrication en série de bouteilles « à large corps surmonté d’un long col aux épaules tombantes, un goulot bagué facilitant le bouchage » susceptibles de résister à l’augmentation de pression qui ne peut manquer de résulter de la prise de mousse.

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1660

Apparus en Angleterre au début du XVIème siècle, les vins de Champagne y connaissent un succès grandissant à partir de la Restauration des Stuarts.

Il faut avouer que les crus de la Rivière et de la Montagne disposent à la Cour de Charles II d’un ambassadeur persuasif et assidu, en la personne de Charles de Marguetel de Saint-Denis, marquis de Saint-Evremond, un philosophe spirituel, frondeur et libertin.

Création de la charge de gourmet royal. A Épernay et Aÿ, ils sont au nombre de 5.

Les Jésuites de Châlons-en-Champagne déci dent de constituer un vignoble de 8.000 pieds
au Mont Héry.

Quelques années plus tard, ils ne poursuivent pas leur dessein, car la qualité du vin obtenu est médiocre.

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1654

Les fêtes du sacre de Louis XIV à Reims sont l’occasion de faire connaître à toute la Cour les vins de Sillery, d’Hautvillers, de Verzenay et de plusieurs autres terroirs voisins de la métropole champenoise.

Première mention du vin des « Trois Coteaux » champenois d’Aÿ, Hautvillers et Épernay, citée par Des Maizeaux dans les Oeuvres de M. de Saint-Evremond publiées sur ses manuscrits avec la vie de l’auteur :

« Un jour que M. de Saint-Evremond mangeait chez M. de Lavardin, évêque du Mans, cet évêque se prit à le railler sur sa délicatesse et sur celle du comte d’Olonne et du marquis de Bois-Dauphin. Ces messieurs, dit ce prélat, outrent tout à force de vouloir raffiner sur tout. Ils ne sauraient manger du veau de rivière [...] et pour le vin, ils n’en sauraient boire que des trois coteaux d’Ay, d’Hautvillers et d’Avenay [...] Enfin ils répétèrent si souvent ce qu’il avait dit des coteaux et ils en plaisantèrent en tant d’occasions qu’on les appela les Trois Coteaux. Voilà Monsieur, la véritable origine des Coteaux qui n’a été connue que de peu de personnes... »

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1653 - 1664

Guillaume Le Roy, abbé de Hautefontaine, y développe un foyer de jansénisme.

Histoire de la Champagne
Siècle des Lumières

1652 - 1780

« Conflit » entre Bourguignon et Champenois, au sujet des mérites respectifs de leurs vins, la « Querelle des Vins » voit médecins et poètes en découdre allègrement, pendant près de 130 ans :

« La ferveur croissante témoignée aux vins champenois, les éloges dithyrambiques qui leur étaient prodigués, en vers et en prose, ne pouvaient manquer d’échauffer quelque
peu la bile de leurs voisins et rivaux bourguignons. [...]

« De là une guerre, sourde d’abord, puis ouverte, à laquelle participèrent l’art et la science, le latin et le français. Avec des alternatives de calme et d’offensives virulentes, de saillies courtoises et d’insinuations malveillantes... ».

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1652

Daniel Arbinet, originaire de Beaune, soutient devant la Faculté de médecine de Paris une thèse intitulée : « Donc le vin de Beaune est le plus suave à boire et le plus salubre », qui ouvre la « Querelle des Vins » entre Champenois et Bourguignons.

Histoire des Vins de Champagne
Siècle des Lumières

1649 - 1653

La Fronde.

Les nobles, mécontents de la politique centralisatrice menée en son temps par Richelieu, essaient de profiter de la minorité de Louis XIV, de l’impopularité de Mazarin et de la crise des subsistances, pour reconquérir leurs anciennes prérogatives.

Le Parlement décide de s’ériger en corps politique, de délibérer sur les affaires de l’Etat et de faire cause commune avec la noblesse révoltée.

Frondeurs et partisans de Mazarin recrutent des mercenaires et des aventuriers en Allemagne.

Histoire de France
Siècle des Lumières

1649 - 1653

Les populations champenoises restent généralement passives dans la lutte politique, mais elles souffrent cruellement (surtout en Champagne septentrionale) des opérations militaires qui se déroulent sur leur sol.

Histoire de la Champagne
Siècle des Lumières

1648

Claude de Chastillon, ingénieur originaire de Châlons, publie dans sa Topographie française les relevés et les vues cavalières des places fortes du royaume.

Histoire de la Champagne
Siècle des Lumières

1644

Lettre de Mgr d’Estampes de Valençay au chancelier Séguier dénonçant la prolifération des sorciers en Champagne.

Histoire de la Champagne
Siècle des Lumières

1643 - 1715

Régence d’Anne d’Autriche pendant la minorité de son fils, puis règne personnel de Louis XIV le Grand.

Histoire de France
Siècle des Lumières

19 mai 1643

Louis II de Bourbon, 4ème prince de Condé, alors duc d’Enghien, bat les Espagnols à Rocroi.

Histoire de la Champagne
Siècle des Lumières

1642 - 1661

Mazarin devient premier ministre.

Histoire de France
Siècle des Lumières

| 1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 |