UMC - Grandes Marques et Maisons de Champagne

Accueil > Encyclopédies > Chronologie des évènements

Chronologie des évènements

Œuvre d’Eric Glâtre de 2001
(actualisation UMC)

Trier :

| 1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ... | 21 |


1857

Restructuration et développement du réseau ferroviaire : mise en service de la ligne Bordeaux-Sète (financée par les frères Pereire).

La Compagnie de chemin de fer du Grand Central est liquidée et les réseaux qu’elle exploitait sont partagés entre le Paris-Lyon et le Paris-Orléans.

Les Talabot, appuyés par les Rothschild, constituent le Paris-Lyon-Méditerranée et s’affirment de plus en plus comme les rivaux des Pereire.

Histoire de France
Restauration

1856 - 1857

Dans son History of the champagne trade in England, André L. Simon indique qu’à cette période le prix des champagnes s’étagent en Grande-Bretagne de 13 à 35 shillings la douzaine, avec de rares exceptions comme le Ruinart 1846 (38 shillings), le Louis Roederer 1846 (41 shillings), le Giesler 1846 (46 shil lings) et le Perrier-Jouët K1846 - 1ère Qualité qui atteint 60 à 68 shillings, soit le prix le plus élevé.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

31 décembre 1856

A l’inventaire de la toute nouvelle maison Pommery et Greno, les 283 pièces mentionnées comme vins en cercle sont toutes de « grands crus » - Verzenay, Aÿ, Bouzy - révélant la tendance à la qualité de la petite firme, qui a par ailleurs déjà vendu 45.000 bouteilles.

Histoire de France
Restauration

15 novembre 1856

Par décret impérial, Napoléon III crée le plus vaste camp militaire d’entraînement de France (11.000 ha de terrain), à proximité de la ville de Châlons-sur-Marne, sur le territoire de la commune de Mourmelon.

Son pavillon aménagé, l’Empereur s’y installe chaque année pour assister aux manœuvres grandeur réelle qui s’y déroulent, ainsi qu’aux essais d’armes nouvelles comme le fusil Chassepot.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

30 juin et 5 juillet 1856

Alexandre-Louis Pommery remplace André Wybert, associé de Narcisse Greno et fonde la société Pommery et Greno au capital de 150.000 francs, avec pour siège le 7 de la rue Vauthier le Noir à Reims, les bouteilles de vins de Champagne remplaçant les balles de laine.

Histoire de France
Restauration

1856

Sur les conseils de la maison Moët & Chandon, Pol Roger contacte leur argent à Londres, Lightly & Simon, qui désire vendre un champagne de qualité sous sa propre marque, parallèlement à la gamme Moët & Chandon. Leur collaboration durera jusqu’en 1872.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

1855 - 1857

La construction du « Château Perrier » commandée par Charles Perrier à l’architecte Pierre Eugène Cordier, sur le modèle du château de Sceaux, est la première et la plus imposante des demeures bâties avec l’or du champagne par les grands négociants d’Épernay, le long de la future avenue de Champagne.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

15 mai 1855

52 établissements de filatures et de confection de tissus y participent, consacrant la réputation des « articles de Reims », en mérinos et filoselle.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

12 mai 1855

La maison Perrier-Jouët et Cie fournit 200 bouteilles et 100 demi-bouteilles de sa cuvée « Fleur de Sillery sec 1846 », au restaurant des Trois Frères provençaux, à Paris.

Histoire de France
Restauration

Avril 1855

La Corporation de la City of London choisit la cuvée «  K/TC extra-sec 1846 » de la maison Perrier-Jouët et Cie, pour être servie au déjeuner offert à l’empereur Napoléon III, à Guildhall.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

24 février 1855

Fondation de la Compagnie Générale Maritime, dont la moitié des actions appartient au Crédit Mobilier des frères Pereire.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

1855

La classification qui figure dans Le Cuisinier et le Médecin présente beaucoup d’intérêt, car elle ne concerne que les vins mousseux de Champagne.

On y a conservé les deux premières classes d’André Jullien en faisant passer Cramant de la seconde à la première et en ajoutant à la deuxième : Chigny, Dizy, Épernay, Mailly, Saint-Martin-d’Ablois, Vertus et Villers-Marmery. On a ajouté une troisième classe comprenant Avenay, Chouilly, Cuis, Grauves, Mardeuil, Monthelon, Moussy et Villers-Allerand.

De plus en plus de vignerons cessent de vinifier et vendent aux grandes maisons de négoce le raisin au kilo.

Dans Au Pays du champagne : le Vignoble, le Vin, Camille Moreau-Bérillon rapporte que « l’usage s’établit dans la plupart des grands crus de la Marne de vendre le raisin au kilo gramme », usage généralisé toutefois dans la seule Montagne de Reims. Dans certains grands crus, on continue à vendre le vin à la pièce, et dans le reste du vignoble, on applique l’une ou l’autre formule, ou les deux simultanément.

Dans le journal la Vigne du 20 septembre 1873, on lit ce qui suit : « La vente du raisin au kilog a commencé en 1855. C’est à M. Louis Roederer qu’on doit attribuer cette invention ».

Apparaissent pour la première fois sur les étiquettes de la maison Moët & Chandon les mentions « sec » et « dry » pour le marché américain.

Lors d’une vente chez Christie’s , la douzaine de bouteilles de champagne P.A. Mumm et Cie 1842 obtient le prix confortable de 62 schillings.

Histoire de France
Restauration

15 novembre 1854 - 8 août 1870

Charles Perrier, négociant en vins de Champagne, est maire d’Épernay.

« Aussi généreux que riche, il paie souvent de ses deniers personnels les dépenses que le budget de la Ville ne peut couvrir. »

« Il alloue entre son 1854 et son décès en 1878 plus de 500.000 francs à des œuvres diverses. Il fonde une maison pour les orphelines en 1854, puis contribue à l’agrandissement des écoles congrégationnistes et à la fondation d’un « fourneau économique », chauffoir et restaurant pour les pauvres de la ville. »

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

4 juin 1854

Mgr Thomas Gousset bénit la première locomotive qui, venant d’Épernay, atteint l’embarcadère de Reims transformé pour l’occasion en chapelle. Dès lors, on peut se rendre à Paris en quatre heures.

Histoire de la Champagne
Restauration

27 mars 1854 - 30 mars 1856

Guerre de Crimée provoquée par des causes complexes : ambition russe de contrôler les Détroits, résolution anglaise de stabiliser la Méditerranée, désir de Napoléon III de défendre le catholicisme en Orient.

La France, alliée à l’Angleterre, la Sardaigne et la Turquie, déclare la guerre à la Russie, elle-même en conflit avec l’Empire ottoman.

Les principaux faits de la guerre sont : le débarquement franco-anglais dans la presqu’île de Crimée, les victoires alliées à l’Alma et à Inkerman, le siège long et difficile et la chute de Sébastopol, les menaces d’intervention de l’Autriche et de la Suède aux côtés des Alliés.

Le Traité de Paris met fin au conflit. Il réaffirme l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Empire ottoman, le place sous la garantie des signataires, neutralise la mer Noire en l’interdisant à tout navire de guerre, rend libre la navigation sur le Danube et assure l’autonomie des principautés de Moldavie, Valachie et Serbie.

Fin de l’Europe de la Sainte-Alliance et des bons rapports Russie-Autriche.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

1854

Fondation de la sucrerie de Sermaize.

Histoire de la Champagne
Restauration

1854

Charles et Edgar Ruinart de Brimont succèdent à leur père à la tête de la Maison Ruinart Père Fils. Charles se retire quatre ans plus tard, laissant son frère cadet diriger la Maison jusqu’en 1881, date de son décès. Charles reprend alors les affaires jusqu’en 1888.

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

1854

Premier emprunt d’Etat lancé directement dans le public.

Le chimiste Henri Sainte-Claire-Deville met au point la préparation industrielle de l’aluminium.

Histoire de France
Restauration

1853 - 1855

Construction à Reims de la caserne Colbert au long du boulevard Gerbert, siège successif du 23e régiment léger, du 79e, puis du 132e régiment d’infanterie de ligne.

Histoire de France
Restauration

26 juillet 1853

Les vins de Champagne de Madame Clicquot sont si prisés en Russie que Prosper Mérimée va jusqu’à écrire dans sa Correspondance générale : « Mme Clicquot abreuve la Russie : on appelle son vin «  klikofskoé » et on n’en boit pas d’autre ».

Histoire de France
Restauration

| 1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ... | 21 |