UMC - Grandes Marques et Maisons de Champagne

Accueil > Encyclopédies > Chronologie des évènements

Chronologie des évènements

Œuvre d’Eric Glâtre de 2001
(actualisation UMC)

Trier :


28 mars 2017

La Maison de champagne Ayala a été choisie pour être le champagne officiel du centenaire de l’indépendance de la Finlande. Pour l’occasion, le brut majeur a été habillé d’un tableau d’une illustratrice finlandaise, Tove Jansson.

Histoire des Vins de Champagne
Mondialisation

14 octobre 1999

Jean-Jacques Frey entre dans le capital de la maison Ayala et Cie.

Forte de 260 sociétaires, 372 ha de vignes apportés par ses sociétaires et 3 millions de bouteilles tirées, la Coopérative de Producteurs des Grands Terroirs de la Champagne développe un particularisme « à l’opposé d’une quelconque vision industrielle, fait de l’éternelle conviction en l’avenir du champagne et de la Champagne et d’une volonté permanente d’être au service des cuvées élaborées sous la marque Palmer & Cie ».

Comme en 1874 avec la mise en vente du « Pommery Nature », premier brut millésimé de l’histoire de la Champagne - l’année 2000 devient, avec le lancement de la cuvée « Pop », une des dates-phares de l’histoire de la maison Pommery et Greno, marquée par la rupture des codes classiques (couleur, contenant, consommation), dans le but d’offrir des habitudes de consommation plus ludiques ainsi que de séduire et d’éduquer les jeunes générations.

Création du Trophée Gosset Celebris destiné à honorer les chefs et les sommeliers de Grande-Bretagne, dont l’établissement propose la meilleure carte en vins de Champagne.

Dans un souci de valorisation de l’image de marque et en vue d’assurer un très haut positionnement, Fabrice Rosset donne à Deutz une dimension artistique et culturelle supplémentaire, en faisant restaurer notamment le Salon des Oiseaux, emblématique de l’art de vivre au début du siècle, et en procédant à des travaux d’embellissement de la maison.

Les surfaces en production de l’A.O.C. « Champagne » sont de 29.915 ha.

Histoire des Vins de Champagne
Temps Modernes

1998

Patrice Noyelle succède à Christian de Billy, devenu président du conseil de surveillance, à la tête de la maison Pol Roger et Cie. Avec Christian Pol-Roger, directeur général, et Hubert de Billy, directeur commercial France, il forme le nouveau triumvirat gagnant d’une maison à l’aube de son 150ème anniversaire.

Après de nombreuses années passées auprès de son père, Alain Ducellier lui succède à la tête des maisons Ayala et Cie et De Montebello, et du château La Lagune.

Thierry Lombard succède à Philippe Lombard son père, à la tête de la maison Charles de Cazanove. Entré à la S.A.M.E. en 1977, il y est à l’origine d’une véritable politique de marque, avec la reprise et le redéveloppement de « Charles de Cazanove », et d’une extension de l’outil de production avec la construction de 5.000 m2 de celliers (1987), de 4.500 hl de cuverie (1990), la rénovation des bâtiments industriels (1990-1991) et la construction de 7.500 hl de cuverie (1999).

Alain Sacy succède à André Sacy son père, à la tête de la maison Louis de Sacy, et développe les ventes directes aux particuliers et l’exportation, en nouant des relations commerciales avec l’Afrique du Sud, la Malaisie et la Slovénie.

Lancement des cuvées « Summertime », «  blanc de blancs », et « Wintertime », «  blanc de noirs », de la maison Pommery et Greno.

Lancement des cuvées « Brut Réserve Mises en Caves en 1995, 1994, 1993 par notre Chef de Caves » de la maison Charles Heidsieck.

Après l’indication de l’année de mise en cave
apportée l’année précédente, la maison Charles Heidsieck innove une nouvelle fois en garantissant aux consommateurs la durée effective de la maturation sur lies de son champagne non millésimé, précisant au moyen d’une mention portée sur la collerette la date de son dégorgement : « Dégorgement… semestre 19… ».

Pour célébrer le bicentenaire de la maison Jacquesson et Fils, Jean-Hervé et Laurent Chiquet publient un ouvrage retraçant son histoire. Un coffret, au tirage limité à 1.798 exemplaires numérotés, renferme un exemplaire du livre et une bouteilles de leur cuvée «  Blanc de Blancs » millésime 1993, unissant ainsi le le terroir et le savoir.

Parution de la neuvième bouteille de la « Taittinger Collection » signée Matta, « peintre surréaliste », adepte d’un « expressionnisme abstrait ». Intitulée « Eloge de la Spontanéité », elle accueille le millésime 1992.

Création du Trophée Ruinart du Meilleur Sommelier de Grèce, d’Islande et de Norvège.

Dans la continuité de la devise de Madame Pommery «  Qualité d’abord », et après plusieurs années d’efforts, la maison Pommery et Greno obtient le certificat Qualité (ISO 9.001) et Environnement (ISO 14.001).
Le groupe Alain Thiénot achète au groupe Laurent-Perrier la maison Joseph-Perrier avec 21 ha de vignes. Jean-Claude Fourmon en reste le président.
Moët & Chandon rachète la maison de Venoge et son vignoble de 17 ha au groupe Piper & Charles Heidsieck propriété de Rémy-Cointreau.
La marque de Venoge sera ensuite rétrocédée au groupe BCC (Boizel, Chanoine, Philipponnat) qui achète également la maison Alexandre Bonnet avec 41 ha de vignes.
La financière Martin (maison Delbeck) achète la maison Bricout d’Avize propriété du groupe Allemand Kupferberg.

Histoire des Vins de Champagne
Temps Modernes

1979

Après une douzaine d’années de formation dans la maison Louis Roederer, Jean-Claude Rouzaud succède à sa grand-mère, Camille Olry-Roederer, à la tête de l’entreprise et s’attache à poursuivre son œuvre, dans le plus grand respect de la tradition familiale, avec la qualité pour objectif essentiel. Passionné de vin, il est l’un des très rares chefs de maison à posséder une formation d’œnologue et à s’impliquer personnellement dans l’élaboration de ses vins. Sous sa direction, le vignoble de la maison Louis Roederer est porté de 150 à 200 ha.

Sans héritier, René Chayoux lègue à Jean-Michel Ducellier son patrimoine et ses affaires, parmi lesquelles les maisons Ayala et Cie et De Montebello, ainsi que le château La Lagune.

Après plusieurs années d’essais concluants, la maison Veuve Clicquot Ponsardin se dote de "Gyros" .

A l’occasion du 250ème anniversaire de la maison Ruinart Père et Fils, Bertrand Mure crée en collaboration avec l’Union de la Sommellerie française (U.D.S.F.) le « Trophée Ruinart du Meilleur Jeune Sommelier de France », se fixant comme objectifs d’éveiller de nombreuses vocations pour la Sommellerie, de contribuer à former le plus grand nombre de Sommeliers de demain, de les aider à se perfectionner et de faire connaître les lauréats les plus talentueux aux professionnels comme aux consommateurs.

Les ventes annuelles de la maison G.H. Mumm et Cie, Société Vinicole de Champagne - Successeur atteignent 8.780.000 bouteilles, dont 70 % sont exportées.

Histoire des Vins de Champagne
Temps Modernes

1961

Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne lance une campagne de rénovation des chemins d’accès du vignoble, qui aura pour effet d’en aménager en 20 ans 110 km, répartis entre 114 communes.

La maison Pol Roger et Cie décide d’élargir la gamme de ses champagnes proposés à la vente, en mettant sur le marché une cuvée « Rosé Millésimé » (1er millésime 1955).

Lancement de la cuvée « R.D. » (« Récemment Dégorgée » de la maison J. Bollinger (1er millésime 1952).

Achat du château La Lagune, grand cru classé du Haut-Médoc, et de son vignoble de 75 ha, par René Chayoux, propriétaire de la maison Ayala et Cie.
André Collard élabore le prototype d’une machine révolutionnaire : la rogneuse mécanique. Adaptable sur les tracteurs enjambeurs, l’engin permet par un système de lames et de contre-lames de rogner automatiquement la vigne sur deux rangées en hauteur et sur les côtés par un seul passage de l’engin.

Histoire des Vins de Champagne
Temps Modernes

1943 - 1956

René Chayoux, patron de la maison Ayala et Cie et de la maison De Montebello, est élu par ses pairs président de l’Union des Maisons de Champagne, et devient à ce titre, co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne.

Histoire des Vins de Champagne
Années folles

1938

Emile Goutorbe achète une maison au numéro 11 de la rue Léon Bourgeois à Aÿ, dont les dépendances lui serviront d’atelier de greffage et de chambre chaude.

Tout en se consacrant à son activité de pépiniériste viticole, il acquiert plusieurs parcelles de vignes - jusqu’à totaliser 2 ha, deux ans plus tard - et devient viticulteur à son compte.

Tandis qu’il vend la majeure partie de sa récolte au kilo aux maisons Ayala et Cie et Veuve Clicquot-Ponsardin, il manipule le reste pour satisfaire les besoins d’une petite clientèle privée et une certaine forme d’ambition personnelle.

Réalisation d’un film promotionnel consacré au vin de Champagne : le Vin du bonheur.

Histoire des Vins de Champagne
Années folles

1937

Déjà propriétaire du domaine de Mareuil-Montebello, René Chayoux achète la maison Ayala et Cie.

Devant le développement pris par sa maison, Gaston Pannier achète les anciennes carrières de pierres de Château-Thierry (deux niveaux de galeries enterrées à 25 m de profondeur, sur une longueur totale de 2 km) et les aménage en caves.

Pour renforcer la notoriété de sa marque et favoriser les ventes de sa cuvée non millésimée, Victor Lanson « anglicise » celle-ci, la nommant désormais « Black Label ».

Les superficies en production se montent, pour la Marne, à 8.702 ha, pour l’Aube, à 2.444, pour l’Aisne à 574, soit au total pour la Champagne viticole, 11.720 ha, dont un peu moins de 2.000 appartiennent au Négoce.

Dans l’Aube et dans l’Aisne, les vignes ont regressé en raison de la crise économique. Dans la Marne, elles ont progressé, mais c’est la conséquence de la poursuite inflexible du programme de reconstitution.

Dans l’ensemble, même si les superficies se sont maintenues, la crise économique aura été désastreuse pour le vignoble comme pour le négoce.

Sur les 13.300 vignerons que compte alors la Marne, 17 % seulement cultivent plus de 1 ha, 2.080 exploitent entre 1 et 5 ha, 87 entre 5 et 10 ha, 38 entre 10 et 20 ha, 18 entre 20 et 50 ha et 5 plus de 50 ha ; dans l’Aube et l’Aisne, la situation est analogue.

Histoire des Vins de Champagne
Années folles

1934

A la suite de la crise économique des années 30, la maison Ayala et Cie passe dans le giron de la banque britannique Guiness.

Lors d’une réception de 800 invités donnée à Buckingham Palace en l’honneur du mariage de son fils, S.M. le Roi Georges V fait servir du Pol Roger 1911 «  Cuvée de Réserve ».

Les stocks de champagne atteignent 146 millions de bouteilles, soit cinq années de réserve au niveau auquel sont descendues les ventes.

Histoire des Vins de Champagne
Années folles

1925

Ernest-Emile Rapeneau élabore et commercialise ses premiers vins de Champagne, créant ainsi la maison E. Rapeneau, à Épernay.

La maison Kunkelmann et Cie, seule propriétaire des marques « Heidsieck » et « Piper-Heidsieck », adopte la forme juridique d’une S.A.

A Épernay, le faubourg de la Folie, devenu au fil de l’Histoire le faubourg du Commerce et la rue du Commerce, acquiert sa dénomination moderne d’avenue de Champagne.

Dans Champagne, Yves Gandon en trace le portrait suivant :

« L’avenue de Champagne, à Épernay, est assurément la seule voie en France à rassembler, sur un parcours en somme restreint, tant de noms à qui notre pays doit, à l’égard du goût, une renommée universelle. L’armorial du vignoble s’y trouve, en effet, représenté par plusieurs maisons, dont plusieurs ont dépassé les cent ans d’âge, et dont Moët & Chandon, Perrier-Jouët, Pol Roger, De Venoge ne sont pas les moindres. […]

« Il flotte dans cette avenue […] la sorte de recueillement ailé qui saisit l’esprit et le cœur à la révélation de toute chose parfaite. »

Dans Montmartre en 1925, un chroniqueur de cette époque, Jean Gravigny, fin œnologue et homme de plaisirs, sacre «  Louis Roederer, l’un des plus grands rois du Champagne » :

« Ses vignobles donnent les meilleurs crus. Tous les éléments qui entrent dans les cuvées sont de premier ordre. A boire les yeux fermés dans l’attitude de l’extase, après avoir soigneusement préparé votre palais à la dégustation par un biscuit rose de Reims. Dans vos fêtes de nuit, honorez Louis Roederer abondamment et sans crainte. »

Le Comité de propagande des vins de Champagne reçoit le lord-maire de Londres et, en raison du goût des Anglais pour les champagnes anciens, il n’est servi au cours des différentes réceptions que des millésimes antérieurs à 1914 :

-  1903 : Delbeck et Cie, Krug et Cie ;

-  1904 : Werlé et Cie, successeurs de Veuve Clicquot-Ponsardin, Deutz et Geldermann, Pommery et Greno ;

-  1906 : Ayala et Cie, Vve Binet et Fils et Cie, Renaudin Bollinger et Cie, Heidsieck et Cie Monopole, George Goulet, Ernest Irroy et Cie, G.H. Mumm et Cie, Perrier-Jouët et Pol Roger et Cie ;

-  1911 : Charles Heidsieck, Joseph Perrier Fils et Cie, Lanson Père et Fils, De Montebello et De Saint-Marceaux.

Les surfaces en production de la future A.O.C. « Champagne » sont de 11.551 ha.

Histoire de France
Années folles

30 mai 1898

Constitution d’une société en nom collectif dénommée « Ayala et Cie », destinée à assurer l’exploitation commerciale du champagne de Ayala du château d’Aÿ.

Histoire de France
République

4 novembre 1882

A l’initiative des dirigeants des maisons Heidsieck et Cie, Giesler et Cie et G.H.Mumm et Cie, est constitué à Reims le Syndicat du Commerce des vins de Champagne, dont l’existence officielle sera reconnue par la loi du 21 mars 1884 autorisant la création des syndicats professionnels.

Selon ses statuts, il a pour but « de protéger, tant en France qu’à l’étranger, le commerce des vins mousseux de Champagne, de défendre les intérêts généraux de ce commerce en France dans l’examen des questions d’octroi, de régie, de tarifs, de transports, de propriété industrielle, c’est-à-dire de marques, noms de commerce, lieux d’origine, etc., […] à l’étranger dans l’examen des questions de tarifs internationaux, de douane, de propriété industrielle, de contrefaçons tant de marques que de produits, et de toutes autres fraudes… ».

Les maisons présentes à la réunion fondatrice présidée par Florens Walbaum, assisté d’Edouard Werlé, sont : Charles Arnould de Heidelberger, Barnett et Fils, Veuve Binet Fils et Cie, E. Bourgeois, Burchard Delbeck et Cie, Gondelle et Cie, Veuve Henry Goulet et Fils, Charles Heidsieck, Henriot et Cie, Ernest Irroy et Cie, Krug et Cie, Lanson Père et Fils, G.H. Mumm et Cie, Veuve Pommery Fils et Cie, Werlé et Cie, Ayala et Cie, Renaudin Bollinger et Cie, Deutz et Geldermann, Alfred de Montebello et Cie, Chandon et Cie, Pol Roger et Cie, Charles de Cazanove, Giesler et Cie, Lecureux et Cie, G. Loche, Fréminet et Fils, Heidsieck et Cie,

A la fin de l’année, 54 maisons figurent au nombre des adhérents du Syndicat du commerce des vins de Champagne.

Histoire des Vins de Champagne
République

1860

Fondation de la maison de négoce en vins de Champagne Albert Le Brun à Avize, aujourd’hui établie à Châlons-sur-Marne.

Avec la dote de Berthe Gabrielle d’Albrecht, son épouse, nièce du vicomte de Mareuil, - en l’espèce un important vignoble situé à Aÿ -, qu’il a su faire fructifier, Raphaël Edmond Louis Gonzague de Ayala crée la marque commerciale : « Champagne de Ayala du château d’Aÿ », appelée à devenir en 1898 la maison de négoce en vins de Champagne Ayala et Cie.

Grâce à une bonne gestion, la marque jouit rapidement d’une excellente réputation, franchit en quelques années les frontières de la France et sa notoriété gagne l’Angleterre. Très vite, en effet, ses cuvées deviennent la coqueluche des amateurs anglais, au premier rang desquels figure le prince de Galles, futur roi Edouard VII, qui commence toujours sa journée par une flûte de champagne de Ayala du château de Mareuil.

On voit apparaître dans la presse de la publicité (alors appelée « réclame ») pour des marques de vins mousseux de Champagne.

Pour promouvoir sa marque, Edgar Ruinart de Brimont effectue un voyage commercial de 3 mois en Russie, empruntant pour ce faire diligence et traîneau.

William Deutz fait mettre une feuille d’étain sur le goudron du col de ses bouteilles, pour éviter que les sommeliers se salissent les mains lors du service, ce qui n’est pas sans lui rapporter un franc succès.

On commence à donner à une variété de pinot blanc le nom de « chardonnay » ou «  chardonnet », la distinction ampélographique entre pinot blanc et chardonnay ne devant intervenir qu’au XXème siècle.

Pour procéder à la cueillette des raisins, on utilise désormais le sécateur à ressort.

Le mot « champagne » apparaît sur certains habillages, mais le terme « mousseux » lui demeurera longtemps encore accolé.

Destinée à boucher les bouteilles, la première « machine à mouton » voit le jour. Dûe à M. Charbonnier d’Épernay, qui invente un mouton glissant entre deux rainures verticales, dont l’idée lui aurait été donnée, si l’on en croit le Vigneron Champenois du 29 mars 1899, par un de ses apprentis qui avait vu tomber le couperet de la guillotine, alors que celle-ci opérait sur une des places de la ville.

Un trou oblique, s’il est assez large, offre davantage de possibilités pour le remuage que le trou cylindrique des planches auxquelles on a vu André Jullien faire allusion dans sa description de 1813.

Par le Dr Jules Guyot, on apprend dans Culture de la vigne et vinification que « les trous sont faits de telle sorte que les bouteilles peuvent y être placées très obliques, puis plus verticales, puis tout-à-fait verticales ».

C’est ainsi que l’on procède aujourd’hui, et c’est bien la meilleure manière d’obtenir un glissement progressif et complet du dépôt sans avoir à craindre de le voir se disperser à nouveau chaque fois que l’on remue la bouteille.

La plupart des grandes maisons de Champagne expédient désormais en Grande-Bretagne, et dans une moindre mesure aux Etats-Unis, des vins mousseux de Champagne « sec ».

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

1er juillet 1851

Grâce à un apport en capital de 47.366 francs fait par sa mère et à la caution que celle-ci donne pour garantir d’éventuelles dettes, Pol Roger peut officiellement constituer la maison de négoce en vins de Champagne Pol Roger et Cie.

Au cours de ses premières années d’activité, Pol Roger consacre toute son énergie à élaborer des vins de qualité, à des prix raisonnables, expédiés avec soin et accompagnés de recommandations pour la consommation. De solides principes commerciaux encore en usage aujourd’hui.

En dehors de la clientèle française et interna tionale qu’il se constitue peu à peu, Pol Roger produit des vins « tranquilles », des vins « sur lattes », et des vins dégorgés et dosés, pour le compte d’autres maisons de Champagne.

De 1851 à 1890, on retrouve dans les carnets de commande de la société les noms de :
Ayala et Cie, Besserat de Bellefon, Billecart-Salmon, Bouche Fils et Drouez, Canard-Duchêne, Delamotte, Delbeck, De Saint Marceaux et Cie, Deutz et Geldermann, De Venoge, G.H. Mumm et Cie, Jacquesson et Fils, Joseph Perrier Fils et Cie, Kunkelmann et Cie, Lanson Père et Fils, Moët & Chandon, Perrier-Jouët et Cie, Pommery et Greno, Ruinart, Théophile Roederer et Cie…

Histoire des Vins de Champagne
Restauration

1834

Henri-Louis Walbaum, autre neveu de Florens-Louis Heidsieck, fonde avec son cousin et beau-frère Pierre-Auguste Heidsieck, la maison Walbaum, Heidsieck et Cie, qui, après plusieurs changements de raison sociale, deviendra en 1923 la maison Heidsieck et Cie Monopole.

Auguste Boizel et son épouse Julie Martin, dont les aïeux travaillaient déjà leurs vignes à Cumières et Aÿ au XVIIème siècle, décident de créer leur propre maison de négoce en vins de Champagne, et s’installent rue Saint-Rémy, à Épernay. A ses débuts, le jeune couple commercialise ses vins pour partie sous la marque « Boizel », pour partie auprès de plusieurs grands négociants.

François André Goulet décide de préparer, puis de vendre, des vins en tonneaux et en bouteilles, à des collègues négociants déjà établis. Très vite, il franchit le pas et commercialise ses propres vins, au sein d’une structure appelée à devenir en 1867 la maison de négoce en vins de Champagne George Goulet.

Jean-Baptiste Lecureux crée la maison de négoce en vins de Champagne Lecureux et Cie (aujourd’hui disparue), à Avize.

Installé depuis 1805 au château de Mareuil- sur-Aÿ, Napoléon-Auguste Lannes de Montebello, fils aîné du célèbre maréchal, qui trouva une mort glorieuse à la bataille d’Essling, s’associe avec deux de ses frères, le marquis Alfred, qui sera député du Gers, et le général comte Gustave, pour fonder la maison de négoce en vins de Champagne Montebello, propriété depuis 1936 de la maison Ayala et Cie.

Naissance du millésime. Pour la première fois, une nouvelle mention est occasionnellement et spontanément ajoutée sur l’étiquette : l’année de la récolte dont le vin est issu exclusivement.

Histoire de France
Restauration

1814

Fondation de la maison Georges Duminy, dont seule la marque subsiste, propriété depuis 1936 de la maison Ayala et Cie.

Sur la carte du restaurant des Frères Provençaux, le Château-Lafite est à 7 francs, le Chambertin à 6 francs, à égalité avec le vin mousseux de Champagne.

Dans son Histoire de la ville d’Épernay, depuis sa fondation jusqu’à nos jours, publiée en 1868, Victor Fiévet rapporte que :

« Les étrangers, en passant à Épernay, avaient apprécié nos vins de Champagne, et y avaient, par conséquent, pris goût ; avant de quitter nos coteaux, ils en achetèrent qu’ils firent adresser à leur destination ce qui donna une grande vogue à nos vins blancs mousseux dont l’exportation a centuplé depuis cette époque. »

Dans sa Notice sur la Maison Moët & Chandon d’Épernay, Raphaël Bonnedame relate l’anecdote suivante :

« Lorsque […] les allés repassèrent à Épernay, ils se souvinrent du vin de Champagne qu’ils n’avaient pas eu le temps de déguster à loisir, et livrèrent un combat d’un nouveau genre à ce produit nouveau, qui succomba.

« Les caves de M. Moët rapidement vidées, ce dernier en prit philosophiquement son parti.

« Tous ces officiers qui me ruinent aujourd’hui, répondait-il à ceux qui le plaignaient, feront ma fortune demain. Je me fais de tous ceux qui boivent mon vin, autant de voyageurs qui en rentrant dans leur pays feront l’article pour ma Maison. »

Louis Bohne demande à Madame Clicquot de « faire imprimer ou graver une jolie vignette », pour habiller des bouteilles de Bouzy rouge, ce qui constitue probablement une des toutes premières étiquettes utilisées en Champagne.

L’ancre marine n’est plus la seune marque à feu utilisée par Madame Clicquot. En raison du succès remporté cette année-la par les vins de 1811, Louis Bohne suggère que certains bouchons soient gravés d’une étoile « qui rappelle l’influence bienfaisante de la Comète » et « pendant que vous aurez d’aussi bons vins, cette marque flatte tout le monde ».

Histoire des Vins de Champagne
Révolution